Etienne Francey | Photographe amateur passionné, expose à Adent Martigny

Nous vous invitons à plonger dans son magnifique univers du monde sauvage, jusqu’au 28 février 2018.
Adent Martigny | Avenue de Fully 53 | 1920 Martigny
Du lundi au samedi | Horaires détaillés et contacts ici

« Né en 1997 dans le canton noir et blanc de Suisse, les appareils photos et caméras m’attirent depuis que je suis haut comme trois pommes. Avec les sous récoltés aux anniversaires et à Noël, je fis l’achat d’une petite caméra bas de gamme, et avec m
es frères et les voisines, nous venions de monter notre premier feuilleton criminel. Puis, mon viseur a changé d’angle. J’ai délaissé l’homme pour m’intéresser aux animaux sauvages. C’est arrivé comme ça, un peu par hasard. J’accompagnais ma mère en dehors du village pour ramasser des herbes, lorsqu’en levant la tête, j’aperçus un pivert occupé à frapper l’écorce. Armé de mon caméscope, bras solidement tendus vers le haut, je pus le filmer, mais si mal qu’il fut difficile de discerner ce qui était sur la vidéo. Il fallait donc que j’y retourne pour améliorer la prise. Et, à vrai dire, je n’ai pas encore cessé d’y retourner. Je voulais savoir ce qui se cachait dans la nature. Mon grand-père, Marcel Chuard, m’a enseigné une partie de ses secrets, et ensemble nous passions nos après-midis à observer les oiseaux du jardin à travers la porte vitrée, à côté d’une tasse de thé. C’est un fin connaisseur, et un ancien photographe amateur aussi. Il a brillamment immortalisé les objets importants du ciel.

« Voir les anneaux de Saturne à travers son télescope, c’était presque devenu la routine pour mon grand-père, mais sa passion faisait briller mes yeux. »

Aujourd’hui encore, photographe amateur passionné, l’intérêt pour le monde sauvage ne m’a pas quitté. Je collabore régulièrement avec des particuliers lors de shootings – pour sortir de temps en temps des bois – mais également avec de grandes entreprises européennes, lors de commandes de photos pour des produits imprimés spécifiques, des magazines ou encore avec une agence de presse londonienne, pour la diffusion des images à l’international. » Etienne Francey

« Retour